Rechercher

Stage Croisière du 7 au 11 mars 2022 à bord de Mariehamn

Récent adhérent du Club Nautique Valeriquais et ayant effectué seulement 4 sorties marées depuis septembre 2021 je me demandais si je serais suffisamment expérimenté pour oser me lancer dans un stage croisière de 5 jours. L'occasion s'est rapidement présentée et j'ai alors pris la décision de tenter cette "mini aventure" en m'inscrivant pour cette sortie.

Je dois avouer qu'il y avait à la fois un peu d'appréhension (la crainte de ne pas être à la hauteur!) mais aussi une folle envie de vivre cette expérience très enrichissante. J'ai été comblé au delà de mes attentes et c'est avec beaucoup d'enthousiasme que je souhaite relater ces 5 jours de partage, d'apprentissage, et de plaisir avec un équipage vraiment super et convivial!

Voici donc notre petite équipe:

Martial Graux qui a déjà eu l'occasion de participer à un convoyage de bateau dans la Manche et participé à quelques régates du club. Spécialités: Le mouillage et le relevage de l'ancre, photographe, ainsi que barreur parfois adepte de belles figures (360°) particulièrement de nuit au large du Cap de la Hève!

Jean-Charles Wautot propriétaire d'un pêche promenade. C'était sa première sortie croisière. Spécialité: Bon barreur et fin régleur de voiles, excellent préparateur de route, sait éviter avec finesse les bouées de pêcheurs la nuit.

Jean-Claude Gigot fan de voile depuis le dernier Vendée globe et qui veut apprendre et progresser. Souhaite passer prochainement l'extension hauturière. Spécialité: Repérage des amers, très bon pour effectuer des relèvements et faire le point de jour comme de nuit, particulièrement vigilant (parfois à l'excès!) concernant les risques d'abordages, photographe, confond parfois sa droite de sa gauche... notamment dans le port de Fécamp!

Jean-Luc Maral Chef de bord encadrant ce stage. Très longue expérience de croisières et de navigation. Propriétaire de Mariehamn. Spécialité: Toutes! ...et très bon chef en cuisine


Bien sûr il nous faut également présenter celui qui nous a accueilli et transporté avec brio durant cette croisière, je veux parler de Mariehamn, un Bi-loup 102 de 10.20m de long, bau 3.33m, biquille construit par le chantier Wrighton de Béthune en France.





Notre Parcours:

Au départ de St Valéry après avoir chargé nos sacs à bord, notre croisière a commencée par une présentation de chacun d'entre nous et un petit briefing. Jean-Luc souhaitait connaître nos attentes en relation avec ce stage et savoir quel itinéraire nous allions choisir. Il avait été envisagé au début de naviguer vers la baie de Somme mais après analyse des conditions météo (vents), des courants, des marées, et des cartes nous avons décidé d'aller plutôt vers Arromanches voire Grandcamp -Maisy ou même St Vaast la Hougue selon notre allure, ce qui nous éviterait de trop avoir à naviguer au près. On souhaitait également pouvoir naviguer de jour mais aussi de nuit.

Jean-Luc nous confiait alors la tâche de définir notre route. Il contrôlerait nos choix et notre route, parfois avec le GPS, de notre côté nous nous sommes servis des cartes, de l'annuaire des marées et des cartes de courants.


Voici notre itinéraire sur ces 5 jours. Une description de chaque journée suivra plus loin dans ce petit reportage.




7 Mars 2022 départ: St Valéry en Caux Arrivée: Le Havre

Nous sortons du port de St Valéry en Caux à 15h00 au moteur. Le vent est de 4 beaufort plutôt orienté NNE, la mer peu agitée la visibilité très bonne > 5 miles et il n'y a pas de courant, le soleil décide de nous accompagner pour cette première étape. La grand voile hissée et bordée on met le cap au 270. On marche à 5 nœuds en vitesse fond. C'est l'occasion de se familiariser avec le bateau et les réglages des voiles. Et puis d'apprendre à nous connaître et à blaguer ensembles.




A 15h45 nous contournons les marques spéciales de la centrale de Paluel, et prenons alors un cap au 250. On bénéficie d'un courant portant de 2 nœuds et on marche désormais avec la grand voile et le génois. La température est de 5°C et même si on a multiplié les couches de vêtements on ressent déjà le froid. Le baromètre indique toujours 1025.

Peu après 17h30 on passe Fécamp, nous laissons plus tard Etretat sur notre bâbord. On oriente alors notre cap au 190 et arrivons au cap d'Antifer. On traverse le rail d’accès à Antifer entre les bouées A20 et A22. Vers 19h30 la nuit commence à tomber doucement et le vent tourne au NE. Il y a quelques rafales La température chute encore d'un degré. On "marche" bien car notre vitesse fond est de 6 nœuds ce qui est assez bien pour un Bi-loup.

Nous arrivons devant le cap de la Hève et les rafales se font plus intenses (40km/h environ), la mer bien que peu agitée présente des vagues peu "organisées". Martial est à la barre depuis un moment et nous ressentons tous le froid. A l'occasion d'une rafale plus forte, le bateau fait une embardée et Martial nous offre un joli 360°. On retrouve notre cap avec le sourire et il nous faut rester concentrés pour trouver de nuit l'entrée du port du Havre ce qui n'est pas si simple avec toutes les lumières. Personnellement j'ai un peu le mal de mer et le froid n'arrange rien.

Première nuit sur Mariehamn. Une fois amarrés on apprécie de pouvoir se réchauffer un peu avec un saucisson et une bière ou un verre de vin. Le cochon préparé par Jean Luc (un délice!) est alors fort apprécié tout comme la tarte tatin de Martial (sa tatin 360 comme il l'appelle désormais!) et nous redonne des couleurs (du bleu on passe au rouge!) même si les pieds sont encore froids!

La nuit sera difficile car nous avons eu du mal à trouver des calories malgré nos sacs de couchage grand froid, surtout au niveau des pieds. Et pas facile de dormir avec des pieds froids!

8 Mars 2022 départ: Le Havre Arrivée: Arromanches

Après cette froide nuit nous nous offrons un sympathique petit déjeuner. Le cake "Forchy" rapporté par Jean-Luc est une vraie potion magique (et on en a un stock à bord!). On va ensuite profiter des douches du port du Havre ce qui nous permet de retrouver les calories qui ont manqué pendant la nuit.

Le temps est beau. Les vents sont maintenant orientés plutôt au SE et la mer est calme. Une belle journée s'annonce. On définit notre route et déterminons de manière prévisionnelle notre heure d'arrivée pour mouiller à Arromanches. On refait le plein d'eau puis on se prépare à appareiller..


Après être sorti du chenal on met le cap au 255. Il faut surveiller les bateaux qui nous entourent. La plupart sont cependant au mouillage mais il y a quelques pêcheurs qui sortent ou rentrent .

La journée de navigation se passe avec le soleil, quelques réglages de voile et on se relaie à tour de rôle à la barre. J'ai de nouveau une légère nausée et Jean-Luc me propose une banane et des cookies. Je mets aussi mes bracelets anti nausée (avec points d'acuponcture ). C'est le moment d'une pause déjeuner et on goûte le pain préparé à bord par Jean-Luc avec des tranches de saucisson. La banane et les cookies calment mon mal de mer (magique, mais il faut les manger lentement).


Vers 15h15 nous avons la renverse de courant qui était contre nous jusque-là. On fait route au 265 et on marche à 5 noeuds en moyenne sur une mer peu agitée.

Nous arrivons au "Mulberry Harbour" à Arromanches vers 18h où nous avons décidé de mouiller. Ce port artificiel qui a servi lors du débarquement allié en juin 44 était constitué de blocs de béton flottants appelés Phoenix" de 1670 à 6000 tonnes qui étaient ensuite immergés en les remplissant d'eau à l'aide de pompes , la partie haute émergeant des flots formant alors une digue. On trouve l'entrée entre les marques verte et rouge et orientons Mariehamn pour le mouillage à une profondeur de 7 m environ (pour ne pas avoir trop d'efforts à fournir pour remonter l'ancre demain).

2ème nuit à bord: Un petit "apéritif" à base de pain de bord, de rillettes, de saucisson, une bière ou un petit verre de vin et on prend le temps d'admirer le joli coucher de soleil qui nous met plein d'émotions dans les yeux. Après un bon repas on passe un bon moment à bavarder et à blaguer avant d'entamer une bonne nuit, avec désormais les pieds bien chaud. On dormira comme des marmottes cette fois!


9 Mars 2022 départ: Arromanches Arrivée: Trouville

Après cette bonne nuit de sommeil, petit déjeuner et on prépare notre route. On décide d'aller à Deauville Trouville.

10h30 Départ du port artificiel. On a un peu de mal à arracher l'ancre, heureusement notre spécialiste Martial est à l'ouvrage et Jean Charles vient lui donner un coup de main. Jean Luc me confie la tâche de gérer le moteur et la barre pour aider à la manœuvre et ne pas épuiser mes coéquipiers. On parvient à remonter l'ancre et nous pouvons débuter notre route vers Deauville.



Le temps est toujours très beau, la mer peu agitée, et on a un vent de 4 à 5 beaufort plutôt orienté ESE. On prend 1 ris dans la grand voile et le courant est avec nous. On met le cap au 55 puis un peu avant Courseulles au 97. On enroule alors le génois d'un point.

On essaye de faire plusieurs relèvements de clochers entre Courseulles et Ouistream pour estimer notre position mais pas facile de s'y retrouver tellement il y a de clochers! On se rabat alors plutôt sur les châteaux d'eau. Notre route se poursuit tranquillement avec une vitesse fond située entre 5.7 et 5.4 nœuds et on peut admirer le vol majestueux des fous de bassan ou les pingouins tordas qui flottent, plongent ou parfois font de petits vols au raz de l'eau.


Sur notre route nous croisons quelques bateaux de pêche. On profite du paysage et du beau temps.

Vers 15h nous approchons de Deauville Trouville. Jean-Luc nous dit de faire attention à un poteau rouillé qui marque une sorte de digue sous l'eau à l'entrée du port. Après de longues observations on finit par repérer ce poteau qui est en fait une marque verte.

Le casino est déjà en vue.




A l'entrée du chenal nous tentons d'aller vers les portes et l'écluse du port de Deauville mais là nous avons une déconvenue car l'accès avant les portes est totalement ensablé. Il n'y a aucune indication spécifique ce qui est troublant. Heureusement que nous ne sommes pas arrivés de nuit!. On décide alors d'aller dans l'ancien port de Trouville.

Nous passons les 2 jolies tours et le pont levant et amarrons Mariehamn au quai, bien à l'abri. On raccorde Mariehamn à la borne électrique du ponton comme ça on aura le petit radiateur de chauffage et on pourra recharger les téléphones et la tablette.


Nous profitons de cette halte pour une petite visite de Trouville. Notamment, nous allons du côté du marché aux poissons pour voir les étals bien fournis et plaisanter avec certains marchands qui sont pleins d'humour. On passe aussi à la capitainerie régler notre dû pour l'emplacement dans le port , nous apprenons que nous sommes les premiers visiteurs de l’année.

10 Mars 2022 départ: Trouville - Arrivée: Fécamp

Ce matin après un copieux petit déjeuner (Cake "Forchy", pain grillé, sirop d'érable, yaourt, café...) nous préparons avec soin notre navigation du jour. Il faudra être prudent avec les bancs de sable du Ratelet (même si nous devrions avoir de la marge avec notre tirant d'eau), l'entrée de la baie de Seine et la traversée du chenal du Havre. On repère sur la carte toutes les marques qui seront sur notre route. ( Cardinale Est Semoy, Cardinale Ouest Ratelets avec un cap au 330 puis passage entre la Cardinale Ouest et la marque spéciale "Nord du mouillage" en direction de la marque Bâbord" LH10" en bordure du chenal du Havre au cap 05, ensuite nous nous orienterons au cap 18 pour passer entre la marque Sud "Octeville Ouest" et la marque spéciale située en face du Croquet pour prendre enfin la direction du Cap d'Antifer où nous avons prévu de passer entre les bouées A20 et A22 pour nous diriger ensuite vers Etretat et longer la côte jusqu'à Fécamp).

On part de Trouville à 13h30. Côté météo nous avons un très beau temps ensoleillé avec un vent force 3 beaufort orienté sud et une mer belle avec une visibilité >5. Le baromètre a encore un peu grimpé (1018 hPa).



il fait même plutôt chaud et on se voit même au bout d'un moment tomber nos vestes de quart . Ca change un peu de notre premier jour!

A peine passé le Ratelet Jean Luc crie "Homme à la mer!!" et on voit alors un passager sur notre arrière(....sans doute clandestin, car nous sommes toujours 4 à bord!) ayant la forme d'un pare battage auquel est accroché une bouteille plastique et qui se débat dans l'eau. On est surpris et force est de le dire qu'on commet une accumulation de bévues pour cette manœuvre de repêchage (je passe sous silence les détails!). On finit tout de même après 2 tentatives par remonter à bord notre passager occasionnel qui heureusement pour nous était un bon nageur (ou plutôt un bon flotteur)! Un débriefing s'impose et nul doute qu'après avoir passé en revue toutes nos erreurs on ne pourra à l'avenir qu'être bien plus performants, ce qui est essentiel pour la sécurité.

On reprend notre route et, à l'approche du chenal du Havre on peut observer un porte conteneurs qui se dirige vers Le Havre et qui va croiser notre route. C'est l'occasion d'effectuer des relèvements. On constate finalement qu'il passera sans risque de collision et sans qu'il nous faille changer de cap.


Passé la marque spéciale d'Octeville Ouest Jean-Luc nous sollicite de nouveau pour la chute à la mer de notre "cobaye". Cette fois nous sommes bien plus efficace (avec cependant un léger cafouillage au moment de démarrer le moteur car la manette d'arrêt est restée en position haute) mais nous repêchons notre "baigneur" avec succès et dans un temps très raisonnable.

Après avoir identifié les marques du chenal pétrolier d'Antifer nous passons finalement le cap plus près de la côte (entre les bouées A24 et A26 au lieu des A20 et A22 initialement prévues le matin), ce qui nous fait gagner un peu de temps .

Le bateau marche bien. Nous avons mis quelque temps les voiles en ciseau avec un vent portant SSE.



On passe au cap 66 en face d'Etretat, les magnifiques falaises et l'aiguille offrant toute leur majesté à nos regards. On marche désormais vent de travers. La nuit commence à tomber et au loin Fécamp apparaît. Il nous faut être vigilant avec les bouées de pêcheurs qui sont difficiles à voir dans la nuit.



Nous arrivons à Fécamp à 20h45 et Jean Charles qui est à la barre connait bien l'alignement qu'il faut prendre. On entre dans le port et nous amarrons Mariehamn.

Nous passons une soirée agréable après un diner pour lequel Jean-Luc nous a préparé des crêpes oeuf fromage (miam miam!) et nous refaisons le monde en discutant des préparatifs du prochain voyage de Jean-Luc vers le Sptizberg et de bateaux.

11 Mars 2022 départ: Fécamp - Arrivée: St Valéry en Caux

Le matin nous allons sur la plage de Fécamp pour voir l'état de la mer, puis nous allons profiter des douches près de la capitainerie. On refait le plein d'eau.

On mange un morceau et c'est le départ vers St Valéry en Caux.

Compte tenu des prévisions météo, on choisit de longer la côte (à environ 1,5 à 2 milles) pour éviter des vents plus forts (4 à 5 beauforts avec rafales à 6 annoncés) et une mer plus agitée, les falaises nous abritant bien. Ce choix s'avère payant et nous avons une mer peu agitée. On prend quelques rafales au passage de chaque valleuse mais le bateau avance bien. On fait même une pointe à 9 noeuds. Nous avons au départ pris 2 ris dans la grand voile puis avons décidé de n'en prendre qu'un. Derrière nous au dessus d'Etretat le ciel se charge et prend des couleurs sombres mais on a espoir d'arriver à St Valéry sans essuyer de pluie, les nuages semblant se déplacer vers le large.


Vers 16h15 nous passons la marque spéciale de Paluel. Le baromètre a chuté et indique 1004. On marche encore à 6 noeuds. St Valéry est en vue.

Juste avant d'entrer dans le port la pluie nous rattrape et on se prend une grosse averse. Ca ne dure pas plus de 3 à 4 minutes mais on est bien trempé lorsqu'on affale la grand voile.

On constate en entrant dans le port que la place de Jean-Luc est occupée. Il nous faut alors trouver un autre emplacement. On amarre finalement Mariehamn et on entreprend un rangement et un nettoyage du bateau avant de sortir nos sacs et de les charger dans la voiture. On rejoint le club ou nous sommes bien accueillis par Mireille et quelques adhérents de l'association et on fête au club house notre retour avec une bonne bière.

Ce fut pour nous une expérience très enrichissante, à la fois sur des choses techniques, sur la navigation de jour et de nuit, sur les réglages des voiles, sur la vie à bord, les conditions météo (qui ont été somme toute clémentes en dehors du froid du premier jour) et un partage humain exceptionnel.

J'ai pour ma part désormais une envie très forte de renouveler ce type de stage avec mes équipiers qui ont de grandes qualités humaines et qui m'ont tous beaucoup appris. Merci à Jean-Luc qui a su répondre à nos demandes, à sa bienveillante pédagogie, à son humour et à sa cuisine, merci à Martial et Jean-Charles, ce fut une semaine extraordinaire et j'ai hâte de vous retrouver tous et de naviguer de nouveau à vos côtés.

Jean-Claude


Quelques autres commentaires de la part des participants.

Pour ma part, j’ai passé une excellente semaine partagée avec une équipe sympa. Un bon moment convivial enrichissant du côté marin comme celui de l’humain. Par ces temps qui courent , ça fait du bien.

Mon expérience de voile se complète avec encore quelques automatismes à intégrer : L’homme à la mer est effectivement un bon nageur……

La durée m’est apparue bien adaptée, une météo plutôt cool avec un brin d’optimisme côté première nuitée : pieds gelés = nuit agitée !

Le chef de bord a pallié à tout ça pour la suite : Chaussettes et couverture furent appréciées.

Le bi loup m’a permis d’appréhender une forme de navigation différente à caractère plus familiale sans occulter son bon niveau de performance ! Renseignements utiles pour l’avenir et des décisions à prendre : to boat or not to boat ! (pas mal pour la (f)rime (sailboat est plus approprié mais ça rend pas pareil))

En conclusion, je reste sur le pont pour aborder quelques prochaines régates , sorties et croisières ainsi que quelques renforts sous forme de cours théorique.

Martial

--------------------------------------------------

Une semaine exceptionnelle pour moi , entouré d’un équipage formidable de par sa soif d’apprendre et de par l’ambiance à bord qui a efficacement combattu les frimas de cette fin d’hivers. Une satisfaction pour le moniteur d’avoir des participants si actifs et si rapides à acquérir de nouvelles compétences en matière de navigation. Merci à tous et ……Sea U .

Jean-Luc,.

68 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout